Nofollow, Sponsored et Ugc sont dans un bateau… Qu’est-ce qui reste ?

Par  le 12 septembre 2019 - 17:39 dans

Le lancement du nofollow en 2005 avait été perçu par la communauté SEO comme un aveux d’échec : Google demandait aux webmasters de faire son travail à sa place… tout du moins de l’aider à identifier les liens spammy ce qu’il n’arrivait pas à faire efficacement.

15 ans après, les éditeurs de site sont habitués à appliquer les « bonnes pratiques » de Google, qui n’a cessé de recommander de nouveaux protocoles pour l’aider à mieux comprendre la structure des sites : canonical pour le duplicate, hreflang pour l’international, les sitemaps pour l’indexation, les micro formats pour les données, etc.

Pas d’étonnement outre mesure donc, suite à la sortie de ces nouveaux attributs, mais quelques questions auxquelles nous tenterons de répondre ci dessous.

En plus du nofollow, les éditeurs peuvent donc désormais utiliser :

- Sponsored, pour les liens qui ont été payés d’une manière ou d’une autre (convient donc aussi aux échanges)
- Ugc, pour les liens qui ont été posés par les utilisateurs et que les responsables du site ne maîtrisent donc pas.
Simple :) et une fois n’est pas coutume, il n’est presque pas nécessaire de lire entre les lignes pour tenter de comprendre ce nouveau moove de Google. Tout est en clair dans le texte de l’annonce officielle :

« 15 years ago, the nofollow attribute was introduced as a means to help fight comment spam »

Le nofollow a été lancé suite à de nombreuses campagnes de spam de commentaires, à la grande époque de la blogosphère : qui se souvient encore des « trackback »?

L’annonce avait été assez controversée, le nouvel attribut considéré par certains comme du désherbant non respectueux de son environnement… l’implémentation du nofollow sur Wikipedia début 2007 perçu parfois comme allant à l’encontre du principe de réciprocité du Web, faisant de l’encyclopédie un énorme trou noir sur le net, recevant de nombreux liens sans jamais en redistribuer…

Au fil du temps une certaine paranoïa s’est installée autour du link building, les webmasters préférant nofollowiser à tour de bras plutôt que de risquer une pénalité.. et cela fut exacerbé par les filtres Penguin à partir de 2012. Ça n’a pas empêché les SEO et de continuer à jouer au chat et à la souris, toujours à l’affût de nouveaux « spots de qualité » :) et aujourd’hui encore le business de la vente de liens se chiffre en millions d’euros sur les secteurs les plus concurrentiels…

Le nofollow est peut être maintenant victime de son succès. En étant largement déployé sur le web, il brouille un signal précieux que Google pourrait utiliser pour mieux « organiser l’information mondiale ».

« The words within links describe content they point at. »

Google rappelle ici l’importance des liens, et notamment les ancres des liens que ses algorithmes utilisent pour décrire la page cible. Si l’on en croit les ratios des plus gros sites de la planète, environ 10% des liens sur le web seraient en nofollow… Google a certainement ses propres chiffres… et se rend compte aujourd’hui qu’il est temps pour eux de pouvoir utiliser une partie de ces liens comme signal de classement dans leurs résultats.

Sans doute que des tests ont déjà été faits pour tenter de trier tout seul les bons des mauvais liens en nofollow et que les résultats n’ont pas été concluants… Donc ils demandent une fois de plus de l’aide aux éditeurs de sites.

« Looking at all the links we encounter can also help us better understand unnatural linking patterns. »

Voilà une autre information importante. Google compte faire chauffer ses TPU pour analyser les patterns de liens grâce à la nouvelle couche de donnée qui sera ainsi accessible. L’objectif étant d’identifier la probabilité qu’un lien ait été acheté ou posé par un tiers. Et comme toujours lorsque l’on parle de deep learning, Google a besoin d’une masse énorme d’informations pour que les résultats soient pertinents.

« All the link attributes, sponsored, ugc and nofollow, now work today as hints for us to incorporate for ranking purposes. For crawling and indexing purposes, nofollow will become a hint as of March 1, 2020. »

Le terme « hints » est utilisé ici dans le sens indices, indications…
Les attributs seraient exploités dès maintenant en tant que critères de classement. Mais le nofollow ne deviendra un indicateur utilisé pour le crawl et l’indexation qu’a partir de mars 2020.
Ce point reste relativement flou et mériterait des éclaircissements, mais nous pouvons résumer en disant que désormais les attributs ne sont plus qu’une indication et non plus une règle absolue. Un peu comme pour la balise canonical que Google peut décider de prendre en compte ou pas selon ses propres analyses.

« rel= »nofollow ugc » — if you wish to be backwards-compatible with services that don’t support the new attributes. »

Là Google fait un appel du pied a Bing… et met en garde les webmasters : si vous ne faites que remplacer nofollow par ugc ou sponsored, Bing tiendra compte des liens. Il convient donc d’ajouter un attribut plutôt que de le remplacer. Voire même deux attributs par exemple sur un annuaire payant ou pour une tribune sponsorisée si l’utilisateur contributeur doit payer pour poser son lien !

On peut toutefois penser que même si Google annonce que nofollow n’est pas déprécié, il ne tiendra plus compte que du Ugc en cas de combo. Et utilisera ainsi potentiellement le lien pour transmettre popularité et de la sémantique.

Impact du Nofollow, Sponsored et UGC sur le SEO

Impact des attributs Nofollow, Sponsored et UGC sur le SEO. Source : MOZ

Et alors, on fait quoi ?

Et alors, on fait quoi ? On ne change pas ce qui est en place, pour une fois on va suivre les recommandations de Google à la lettre :

« There’s absolutely no need to change any nofollow links that you already have » ^^

On attend que les outils type ahrefs ou majestic évoluent et reportent la nouvelle répartition. Il y aura sans doute de nouveaux indicateurs permettant de brosser un profil de site selon son ratio de sponsored/ugc. On peut sans doute attendre longtemps pour avoir ces infos dans la Search Console ;)

Il conviendra de bien suivre les prochains updates des CMS majeurs. Le jour où WordPress passera ses commentaires en ugc plutôt que nofollow c’est plus d’un tiers des sites du web qui sera impacté ! Nous pourrons alors tenter d’analyser l’impact de ces nouveaux attributs.

Nous conseillons à nos clients – notamment à ceux qui auraient précédemment un peu trop tiré sur la corde – de bien suivre régulièrement l’apparition d’attributs sponsored dans leurs liens entrants. Et de compléter leur fichier de désaveux par précaution le cas échéant… Et il conviendra d’être particulièrement vigilant quant aux futures campagnes de négative seo via rel=sponsored qui ne manqueront pas d’arriver…

Quel est l’objectif de Google ?

Pour résumer, nous avons plusieurs objectifs pour Google :

  • Mieux lutter contre le spam en identifiant plus facilement les patterns propres au paid linking
  • Tenir compte d’une partie des liens en nofollow afin de gagner en pertinence
  • Et en complément : limiter le pagerank sculpting via le nofollow sur les liens internes (qui n’était de toute façon pas conseillé)

Vous avez des remarques ? Nos commentaires sont ouverts (en nofollow ;))

NOTA BENE: à peine publié, le sujet connait deja des rebondissements : WordPress vient d’annoncer qu’il passera ses liens en ugc à la prochaine mise à jour !

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone
Partagez cet article!
Aucun commentaire