Les gagnants de la publicité digitale

Par  le 31 janvier 2018 - 10:10 dans

Ça y est : PwC et le SRI ont rendu leur copie. Le 19ème observatoire de la pub est tout juste démoulé. Et les résultats sont édifiants.

The winner is… La publicité digitale dans son ensemble, en premier lieu.

Avec plus de 4 milliards d’investissement net, la pub sur Internet a dépassé le tiers des investissements pub globaux et elle confirme sa place de leader, 7 point au-dessus de la télé.

On est bien loin du temps où Internet était planqué dans une ligne budgétaire « nouveaux medias »… De surcroit, depuis 4 ans, cette croissance s’est accélérée pour atteindre 12% cette année.

Mais ce qui est surtout intéressant, c’est l’identification claire des modèles gagnants qui portent en fait cette croissance.

Cinq tendances fortes sont en effet confirmées :

- Dans un paysage où le search et le display pèsent 85 % des volumes (le restant se répartit entre comparateurs, affiliation et emailing), c’est clairement le display qui mène le bateau avec une croissance à 20%.

- D’autre part, ce qui s’affirme clairement c’est la part prépondérante des réseaux sociaux dans cette évolution. A noter que pour PwC, YouTube n’est pas un réseau social et n’est pris en compte, sur les réseaux sociaux, que l’investissement dûment payé.

- L’autre moteur de la fusée display, c’est la vidéo, qui pèse 39% des investissements et bénéficie de 38% de croissance. Et c’est précisément sur ces réseaux sociaux que la vidéo explose, avec 90% d’augmentation sur la période. Une nuance, cependant : on est presque dans le cadre d’un « rattrapage », comme disent les boursicoteurs, puisqu’en 2017 la vidéo atteint 1/3 des montants alors qu’elle pèse déjà plus de la moitié des investissements dans les autres supports.

- Le quatrième élément majeur, c’est l’évolution du programmatique qui englobe à présent 2/3 des achats. Là encore, ce sont les réseaux sociaux qui se « programmatisent » le plus et boostent le phénomène.

- Enfin, le 5ème axe de cette expansion repose sur l’explosion du mobile. 2017 est réellement une année de transition avec une péréquation entre les investissements desktop et mobile, mais une croissance sur le mobile qui reste très supérieure, alors même que sur le display seul le mobile est déjà au-dessus.

Pour conclure et pour la faire courte, un détail à garder en tête quand même… Google et Facebook représentent 90% de l’investissement mobile et 78% du total du marché. De plus, le search et les réseaux sociaux portent (ou absorbent, selon les points de vue) 92 % de la croissance. Quand c’est important comme ça, il est d’autant plus crucial que ce soit bien géré !

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Email this to someone
Partagez cet article!
Aucun commentaire