Comment fonctionne la nouvelle API Google My Business ?

Par  le 04 avril 2016 - 12:52 dans

Google My Business est devenu incontournable pour toute entreprise, qu’elle soit présente ou non sur le web. Il s’agit souvent du premier contact avec l’internaute lorsqu’il tape le nom de l’entreprise, et il est donc important que la fiche liée soit correctement renseignée. Cet objectif est facilement atteint lorsqu’on ne dispose que d’un unique siège social ou d’un point de vente. Mais comment gérer des centaines d’établissements sans céder à la crise de nerfs ?

En effet, la mise à jour d’un unique point de vente peut être rapidement faite à la main dans l’interface, mais j’ai déjà vu des professionnels devoir passer plusieurs heures à corriger des erreurs générées lors de l’upload d’un fichier (alors que la méthode avait été sélectionnée pour gagner du temps).

Car si l’aide officielle indique bien que la mise à jour par transfert de fichier est possible (voir ici), c’est bien l’API Google My Business qui vous sauvera si l’une de vos tâches régulières est de mettre à jour des listings.

Une entreprise vit et évolue, de nouveaux points de ventes se créent, d’autres se ferment, et il est important de mettre tout ce beau monde à jour. Pour vous y aider, voyons ensemble l’API My Business.

Spécificités techniques de cette V2

Bien que certaines V2 fassent table rase de leur passé, Google a souhaité rester cohérent et conserver son architecture REST/JSON pour plus de praticité. Une initiative à saluer car ce format très utilisé ne déroutera pas les développeurs.

architecture JSON

2 modifications mineures ont également eu lieu au sein du processus :

  • Une id unique est dorénavant obligatoire lorsqu’on créée un nouvel établissement
  • Le terme « business_hours » est déprécié et remplacé par « regular_hours »

Vous pouvez ajouter de nouveaux établissements avec cette API, mais il est tout de même nécessaire de les valider (un pare-feu installé par Google en cas de malveillance).

La validation pourra se dérouler par courrier (pour un seul établissement), par le biais de l’interface (si vous possédez plus de 10 établissements), par téléphone ou instantanément par le biais de la search console (ces deux dernières options étant limitées à certains types d’établissements).

Les possibilités de l’API My Business

Que peut-on gérer avec cette API ? Est-elle complète ou laisse-t-elle des zones d’ombre importantes ?

Elle permet de gérer l’ensemble des éléments « habituels » qu’on attendrait d’une API :

  • Éléments de contact (adresse, téléphone, url)
  • Éléments relatifs à l’activité (zone desservie, catégorie, photos, etc)

Le point majeur de cet update tient dans la gestion des rôles. Lorsqu’on est une grosse structure, il n’est pas forcément possible ou même souhaitable qu’un même employé gère toutes les pages Google +. Au delà de ça, il y a une gestion du roulement des employés qui peut s’avérer compliquée mais qui est au combien vitale.

Laisseriez-vous les accès à la page Google+ à un directeur de magasin licencié pour faute grave ? Pensez-vous qu’il accepterait la mission avec grand plaisir ?

Vous pouvez affecter 3 rôles par le biais de l’API :

  • Propriétaire de l’établissement
  • Manager de l’établissement
  • Community manager de l’établissement

Cette nouvelle version de l’API va donc vous permettre de réagir beaucoup plus rapidement et de réaffecter les rôles de chacun à la manière d’un trader qui jongle entre différents flux. Et entre un départ de directeur et l’arrivée du nouveau ? L’API gérera tout pour vous si vous avez pris la peine de bien coder les différents processus.

Avec cette nouvelle version de l’API My Business, Google souhaite donc faciliter la vie des personnes en charge. Une façon de les inciter à devenir plus actifs dans leur compte My Business en général ?

Sachez qu’il est possible de joindre Google par téléphone assez facilement en cas de problèmes.

Liens utiles :

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Email this to someone
Partagez cet article!
Aucun commentaire