Update Google du 21 avril : appel à la mobilisation générale

Par  le 28 avril 2015 - 14:35 dans

Le 21 avril 2015 Google a mis à jour sa manière de trier les résultats sur son interface mobile : les sites optimisés pour smartphones sont désormais favorisés au détriment des sites qui ne respectent pas ses consignes d’optimisation.

Quelques jours après la date fatidique, quels enseignements pouvons-nous retenir ? RESONEO s’est penché sur la question, et voici les premiers enseignements dégagés

Mise à jour Google mobile

Update mobile de Google le 21 avril 2015

Le jeux des vases communicants

Le phénomène le plus visible de la mise à jour, c’est le transvasement des positions Google du www vers la version mobile dédiée (les sous domaines m ou mobile en général).

update mobile du 21 avril

Les versions mobiles des sites qui en avaient ont progressivement remplacé les versions non mobile en www

Pour les sites en responsive design ou dynamic serving ce phénomène n’est pas visible, seules les hausses et les baisses de visibilité globale au niveau du domaine peuvent être détectées.

L’update a en réalité commencé avant le 21 avril

Google avait précisé dans un post que « Nous commencerons à déployer la mise à jour d’optimisation mobile le 21 avril, mais il faudra une semaine environ pour qu’elle s’applique à toutes les pages de l’index.  » Nos analyses nous ont pourtant montré que de nombreux mouvements étaient constatés dans les jours qui ont précédé le 21 avril, et particulièrement le 19 avril.

A noter également que dimanche 26 avril tous les datacenters de Google n’étaient pas encore alignés sur les mêmes jeux de résultats. Le déploiement pourra encore durer quelques jours.

timeline evolution mise a jour Google mobile

Nous voyons dans ce graphique que les sites n’ont pas tous été impactés au même moment. Est-ce que Google a suivi une liste de sites à traiter au fur et à mesure ? Seule une analyse des logs Googlebot mobile à grande échelle pourrait nous donner la réponse, mais il ne semble pas y avoir eu de crawl massif sur les sites internet avant l’update. Ce phénomène est donc intriguant. Google a peut être traité les données récoltées site par site tout en respectant un crawl progressif sur le concept de « surfeur aléatoire ».

Des gagnants, des perdants, et beaucoup de cas particuliers

Comme à chaque update, il y a eu des gagnants et des perdants, à des intensités très diverses. De nombreuses études sont ou vont être disponibles, et comme à chaque fois nous recommandons d’étudier ces données avec précaution car de nombreux cas particuliers viennent perturber la lisibilité des données.

Quelques exemples :

  • La version mobile m.meilleurtaux.com a laissé la place à www.meilleurstaux.com dans les résultats mobiles de Google, à l’inverse de ce que l’on a pu constater habituellement (www vers sous-domaine mobile). Le site a semble-t-il récemment été passé en responsive et des 301 ont été appliquées de l’ancienne version mobile vers le www. On constate toutefois une baisse globale de visibilité, toutes versions confondues. Nous faisons le même constats sur d’autres comme leguide.com par exemple.

meilleurstaux

  • Le site de l’enseigne Boulanger a switché du .fr vers le .com juste avant le 21 avril, et débarque ainsi dans les rapports des gagnants / perdants de cet update, sans que cela ne soit représentatif de la réalité.
  • La version mobile du huffingtonpost.fr se trouve sur un autre domaine : huffpost.com, laissant ainsi apparaitre de fortes variations de positions sur ces différents domaines mais qui constituent pourtant le même site
  • Certains sites  en ont profité pour sortir de pénalité, comme cherchons.com, qui émerge sur mobile et desktop. Reste à voir si cette sortie sera pérenne ou s’il s’agit d’un effet de bord lié à l’update en cours.
Source : SEMRush

Source : SEMRush

Le nombre de cas particuliers est ainsi très important, et chaque mouvement que vous constaterez doit être analysé précisément pour ne pas tirer de conclusions trompeuses. D’autant que l’on a vu également des sites monter sur la version mobile de Google, mais également sur la version desktop ou bien des sites baisser sur desktop mais rester stables sur mobile (soit une hausse relative..).

Il faut en effet garder en tête qu’un update Panda ou autre joyeuseté Googlienne a très bien pu débarquer de manière globale durant cette mise à jour.

Creditfoncier.fr a évolué positivement sur mobile, mais aussi sur desktop :

Annonces Jaunes a baissé sur desktop, et est resté stable sur mobile :

annoncesjaunes

Si vous souhaitez recevoir d’ici quelques jours une étude plus complète sur les thématiques e-commerce, voyage, immobilier, finance et news, envoyez nous un gentil message sur [email protected] et nous nous ferons un plaisir de vous la faire parvenir !
:)

Dernier enseignement mais non des moindres : si vous avez été touché par cette mise à jour, vous pouvez en sortir rapidement

Si vous n’avez pas encore de site mobile, et que vos positions ont chutées suite au 21 avril, il est vivement conseillé de plancher sur une version mobile de votre site web. Google continuera à mettre à jour en continu les classements de ses résultats mobiles. Une fois vos pages détectées comme « mobile friendly », elles remonteront ainsi automatiquement à leur place légitime. Les tests que nous avons mené montrent qu’après un passage en responsive design la mention « Site mobile » dans les résultats apparait très rapidement – sous 24 à 48 heures.

Et vous, avez-vous noté d’autres phénomènes ou tiré d’autres conclusions ? N’hésitez pas à les partager dans les commentaires !

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone
Partagez cet article!
Ajouter le votre
7 commentaires
Christophe Maggi 28 avril 2015 - 15:35 - Répondre

Hello,
Très intéressante étude même si ca semble un peu tôt pour tirer des conclusions. Quelle est selon vous la meilleure méthode d’obtenir les résultats des SERP mobile de Google (ou autre) dans un navigateur Desktop ? Je sais qu’on peut modifier les headers du navigateur mais il semble avoir des différences. Par ailleurs, tester sur mobile n’est pas le plus simple pour travailler sur de gros volumes de données.

Sébastien Bulté 28 avril 2015 - 15:49 - Répondre

Bonjour, avez-vous testé le plugin user agent switcher, disponible sous Chrome ou Firefox ?

Christophe Maggi 28 avril 2015 - 16:25 - Répondre

Oui et je me demande s’il n’y pas des différences. Est-ce que quelqu’un a remarqué ce genre de différences par rapport à un vrai mobile ?

Dzarek 28 avril 2015 - 17:10 - Répondre

Oui il y a une différence. Avec un vrai mobile, l’écran est plus petit. ;-)

BTW, belle étude.

Un user-agent switcher fait très bien l’affaire, de toute façon la page est déjà générée avant que Google ne connaisse la résolution d’écran du support (on ne lui envoie qu’un referer, un user agent et des cookies).

Stéphane 29 avril 2015 - 9:52 - Répondre

Merci pour ces premiers retours côtés sites français. Même si c’est encore un peu tôt pour tirer des conclusions, cela permet de nous faire une idée de ce qui se passe dans les SERPs mobiles français. Pour le reste du monde, j’ai regardé les gagnants et perdants sur les site Moz et SearchMetrics et il semblerait que l’impact n’est pas aussi grande qu’annoncé. Pour l’instant, la mise à jour n’a pas plus d’effet que Pingouin et Panda. Attendons quelques jours encore pour voir quels sont les réels résultats.

Nicolas - Southside Interactive 06 mai 2015 - 12:39 - Répondre

Bons premiers retours, Il serait intéressant de faire le point après la fin de la première mise à jour complète du 1er mai.

Globalement, la version mobile d’un site permet de limiter les dégâts.
cela a été le cas pour Ru du commerce ou Maisons du monde.
Le bon coin a également un site mobile mais n’a pas pris en compte les directives Google.

voir lien vers notre article dans lequel nous avons également apporté des créas d’une version responsive du célèbre site de vide grenier.
http://content.southside-interactive.com/blog/google-mobile-update-le-bon-coin