Ne me dites rien ! Vous allez vous marier !

Par  le 17 October 2014 - 17:08 dans

Téléphone, montre, objets divers se connectent à nos vies. La voiture suit ce même chemin, mais jusqu’où ? Petite nouvelle de science-fiction.

Et si la voiture Google Car avait en plus l’intelligence (artificielle) de savoir ce que vous allez faire, où vous allez aller, d’anticiper ce que vous allez rechercher ?

Déjà je pourrais finir de nouer ce fichu nœud papillon et Cynthia terminerait de se faire coiffer pendant qu’on roule ! Pas comme dans 4 mariages et un enterrement ! Ma voiture m’aurait mis une alerte sur les embouteillages pour que j’anticipe le départ de 25 minutes. Parce qu’elle le sait, ma Titine, quand le trafic est mauvais !

D’ailleurs, gardez-le pour vous, mais hier elle nous a fait repartir chez la couturière parce qu’elle avait repéré dans les agendas de Cynthia qu’elle avait pris deux kilos depuis le premier essayage. Forcément… Le stress…

Parce qu’elle sait tout, Titine. Bien sûr elle connaît toutes les routes du monde ; bien sûr elle est connectée au web comme si j’étais à la maison et elle me permettra aussi de regarder le film avec mes enfants (quand j’en aurai) puisque je ne conduis pas.

Comme elle enregistre tous mes trajets, tout ce que j’ai fait et tout ce que j’ai recherché ou communiqué, elle me propose sans arrêt des trucs : le jour de ma demande en mariage, elle m’a proposé de passer par chez le fleuriste. Nous les hommes, on ne pense jamais à ça.

En fait, Google cherche à analyser nos schémas de comportement et anticiper des besoins auxquels nous n’avons même pas pensés. Cela repose sur le fait de connaître nos demandes explicites mais aussi leur contexte.

Ainsi, si je cherche une pizza depuis mon desktop au bureau le midi, je verrai arriver des résultats “livraison de pizza” en pagaille ; si je suis sur mon Iphone un vendredi soir loin de mes bases (que Google connaît), on me proposera les pizzerias du coin. Et ma Titine, qui a vu que mon trajet m’emmenait chez Charles, à Nanterre, me proposera des restaurants là-bas.

Hummingbird, le nouvel algorithme, et Google Now vont dans ce sens, en améliorant l’analyse des requêtes complexes, des synonymies, du langage naturel et en facilitant le requettage vocal, plus pratique en mobilité. En voiture, c’est compliqué de taper sur un écran. Parler c’est mieux.

Concrètement, faites le test. Vous constaterez que les résultats d’une recherche vocale et d’une recherche classique différent souvent. Ils divergeront encore davantage si la recherche intègre mes données de déplacement fournies par le véhicule.

La voiture du futur pourrait vraiment être sympa ! Google y fera tout pour moi sans moi ; et grâce à Tesla elle sera électrique, et roulera sur des routes en céramiques qu’Elon Musk a déjà commencé à construire, pour se recharger seule.

Pour l’instant Elon Musk a refusé de vendre sa société de panneau solaire à Google… Parce qu’il en avait besoin pour aller sur Mars !

La guerre est déclarée.

Néanmoins, si un jour j’ai une maîtresse, je n’aurai pas intérêt à prendre la voiture ! Parce que Titine, elle s’en souviendra. Et alors là…

Cet article a été publié dans le CB News d’octobre 2014

Aucun commentaire