Chute des visites Safari, la faute au nouvel iPhone 5S / 5C ?

Par  le 05 septembre 2013 - 10:05 dans

Alors que l’annonce officielle de la nouvelle gamme iPhone 5 devrait avoir lieu le 10 septembre 2013, vos statistiques de visites d’utilisateurs de Safari pourraient bien en prendre en coup dans les jours à venir, et certains sites pourraient perdre 10% voire plus de leurs visites quotidiennes. Une chute qui pourrait bien rebattre les cartes du côté des parts de marché prétendues des navigateurs: coup de froid en vue sur l’action Apple :-) ?

Safari en hausse bien qu’uniquement sur Mac ?

Alors qu’Apple a abandonné discrètement le développement de Safari sous Windows depuis l’arrivée de la version 6, Safari continuerait de gagner des utilisateurs et représenterait fréquemment plus de 15% des visites. Certes il y a les versions mobiles sous iOS, mais est-ce bien suffisant ?

Quand Apple Safari arrose les serveurs de publicité et de mesure d’audience à votre insu

« Top Sites » est une fonction qui apparait avec Safari 4, Windows et Mac, et permet d’afficher au lancement du navigateur les vignettes d’une sélection manuelle ou automatique de sites placés en favoris ou fréquemment visités, voire même suggérés par Apple parmi les principaux sites du pays où vous êtes (sites de presse, télévision, communautés, etc…). La mise en scène de l’information est séduisante, et comporte un raffinement notable comparé aux vignettes de Google Chrome apparues plus tard: l’ouverture du navigateur déclenche le chargement effectif de chaque page, afin d’actualiser le contenu de la vignette, et de refléter ainsi l’actualité de chaque site.

Ici dans Safari 5 sous Windows

Ici dans Safari 5 sous Windows

Très bien. Si ce n’est que ce chargement exécute également tous les scripts présents sur la page de chacun des sites placés dans Top Sites: à chaque fois que le navigateur est lancé, à chaque fois qu’un onglet est ouvert (si Safari est configuré pour afficher le panorama Top Sites dans ce cas) une nouvelle visite est générée sur chacun de ces sites, les tags publicitaires sont exécutés, les tags de retargeting Criteo et compagnie, tout y passe: merci la protection de la vie privée soi-disant chère à Apple. Sans même ouvrir un site, vous êtes catalogué comme visiteur, quotidiennement. En témoignent ci-dessus les bulles violettes affichées par Ghostery, l’une des extensions qui vous permettent de maitriser l’exposition de votre activité sur internet aux solutions de suivi et de ciblage publicitaire.

Tous les scripts, y compris les scripts de mesure d’audience, y compris donc le code de ga.js présent sur la plupart de ces pages. Ainsi, chaque ouverture de Safari sur ordinateur de bureau ou iPad génère une visite fictive sur 9, 12, 24 sites différents (selon la taille des vignettes). Apple est ainsi présent en masse tous les jours dans les stats de tout le top 100 des sites français. Surexposition des clients Apple, y compris au tracking publicitaire. Banco.

Que pèse ce trafic fictif, presque rien ?

Vous me direz: « le web analytics, de toute façon on sait bien que ce sont des données approximatives, on n’arrive jamais à trouver les mêmes chiffres dans deux outils installés sur le même site, où est le problème ? de toute façon Apple c’est marginal ».

Même si les outils de mesure d’audience internet ont, à la marge, des concepts et des approches spécifiques qui conduisent à des écarts de données (pour mesurer les début de visite, les sources de trafic et leur persistance, la catégorisation des moteurs de recherche, etc… ) on ne peut prendre des décisions basés sur les chiffres du web analytics sans s’assurer a minima de la qualité et de la représentativité de ceux-ci. La qualité des données est un préalable à l’analyse.

Pour estimer ce trafic fictif généré par Safari, je vous propose le segment avancé suivant (version classique des segments avancés): les visites Safari, Java désactivé, Flash également et taux de rebond de 100%, uniquement sur desktop. Pour quelques uns de nos clients, sans même faire partie du secteur de la presse ou des media, ce segment représentait plus de 10% des visites quotidiennes qui n’étaient donc pas des visites. Vous dépensez combien d’habitude pour gagner 10% de visites en plus ?

L'estimation des visites Top Sites dépasse ici 10% du trafic mesuré par GA

L’estimation des visites Top Sites dépasse ici 10% du trafic mesuré par GA

S’en suit un impact conséquent sur les taux de conversion supposés des campagnes publicitaires, des taux de conversion par navigateur, par plateforme, par page d’entrée, etc… Isoler ce trafic s’impose, même si c’est douloureux sur le coup.

Comment s’en prémunir ?

Il existe une fonction non documentée par Apple qui permet au code JavaScript de détecter que la page en cours est chargée pour générer une vignette actualisée à destination de « Top Sites » et non un chargement réel dans Safari, en plus d’un header HTTP « X-Purpose: preview » qui, s’il est documenté, n’est pas accessible en JavaScript.

La propriété JavaScript a été mise en évidence par Daniel Eden dans ce post. La condition

if(window.navigator && window.navigator.loadPurpose === "preview"){ // code en mode Top Sites }

permet de déclencher ou non la mesure de Google Analytics.

Rassurez-vous, vous n’avez rien à changer au code de votre site pour avoir des données de meilleure qualité à partir de maintenant: la correction (mise à jour des scripts ga.js et analytics.js pour ceux qui sont passés à Universal Analytics) est compatible avec toutes les syntaxes (traditionnelles et asynchrones) et est déployée à tous.

Que font Omniture, At Internet de leur côté ?

On trouve trace du même code dans certaines versions d’Omniture.

Même chose chez At Internet, puisque la version xtcore 4.3.003 de janvier 2013 s’attaque également à ce sujet, ce qui est une bonne chose pour une solution certifiée OJD. Encore faut-il s’assurer de déployer les mises à jour du script de mesure: ce n’est pas automatique, exemple avec Le Figaro dont le script n’a pas changé depuis 2011. Mais que fait l’OJD ?

D’autres risques de pollution des données ?

Oui, malheureusement il y a de plus en plus d’activités factices sur le web qui impactent sérieusement la qualité des données collectées par les systèmes de Web Analytics, même les solutions à base de marqueur JavaScript, celles-là même qui avaient remisé au placard les solutions à base d’analyse de logs car bien trop sensibles aux milliers d’automates qui crawlent et analysent les sites en permanence.

Parmi les principales:

  • les solutions de monitoring de la disponibilité et du bon fonctionnement d’un site telles qu’IP Label
  • les solutions d’extraction de données vers des applications tierces qui « aspirent » des sites tout en exécutant le JavaScript
  • les plateformes publicitaires de Bing / Facebook, AdWords/AdSense, qui vérifient la pertinence des pages de destination ou évaluent les contenus proposés
  • les outils de veille concurrentielle qui « espionnent » l’évolution des offres, la communication d’une entreprise au profit d’un tiers
  • les actions de malveillance où des données parasite sont injectées dans vos stats à dessein,
  • les optimisations de performance dans les navigateurs qui conduisent parfois à des préchargement de sites avant même que vous ayez décidé de les visiter,
  • etc…

Nous reviendrons bientôt sur les approches permettant de détecter et d’éradiquer ces sondes de vos stats, pour vous laisser vous concentrer sur les données réelles de vos visiteurs et y trouver les axes prioritaires d’optimisation on-site et de vos investissements publicitaire et marketing.

Alors, et l’iPhone 5S ?

Safari Top Sites n’existe pas sur l’iPhone, seulement sur iPad et Mac. Les visites Safari sur mobile sont probablement de vraies visites, mais restez vigilants: méfiez-vous des imitations.

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Email this to someone
Partagez cet article!

2 Trackbacks

Par Sortie d'iOS 7, audience Safari en baisse, coïncidence ? - RESONEO  le 20 septembre 2013

[…] la sortie d’iOS7 occupe le devant de l’actualité, vous aurez peut-être remarqué une baisse du trafic Safari dans les données restituées par Google Analytics depuis hier […]

Par Comment l'Omnibox de Chrome fausse la mesure de vos visites SEO ?  le 7 novembre 2013

[…] Nous avions déjà expliqué comment certains navigateurs peuvent altérer la mesure de votre trafic en présentant par exemple le cas Safari 4. […]

Ajouter le votre
7 commentaires
Julien Coquet 05 septembre 2013 - 12:09 - Répondre

Bonjour Olivier et merci pour ce billet!

Ca fait un bout de temps que ca taraude mes clients (notamment à cause du rebond généré, vu que la capture pour Top Sites intervient dans une visite séparée de la visite « réelle ».

Il se trouve qu’on pouvait en effet, jusqu’à la mise à jour imminente, utiliser window.navigator.loadPurpose comme valeur custom (_setVar), pour notamment filtrer ce trafic, vu qu’on ne peut pas filtrer sur les variables personnalisées à moins d’utiliser Universal Analytics.

A très bientôt! (A Mountain View sans doute ;-))

Olivier Vit 05 septembre 2013 - 12:17 - Répondre

Merci Julien,

On pouvait aussi très bien utiliser cette condition pour mesurer les visites dans une autre webproperty en utilisant une autre valeur de UA dans _setAccount. C’est radical comme segmentation mais c’est efficace et tranche clairement entre les deux types de visites.

Après la mise à jour on ne pourra plus avoir ce type d’approche.

Mehdi Oudjida 05 septembre 2013 - 14:10 - Répondre

Olivier,

Très bon article !
J’aurais juste une petit question sur le segment classique que vous proposez pour identifier le trafic provenant des Top sites Safari.
N’embarquerait-il pas aussi les rebonds générés sur Safari iOS (ipad et iphone) par les returning visiteurs ?
(pas de java, pas de flash, rebond, safari, plus d’une visite, returning visitor) ?
Ne faudrait-il pas ajouter une règle Device category = Desktop ?

D’avance merci pour votre aide.

Mehdi

Olivier Vit 06 septembre 2013 - 15:03 - Répondre

Bonjour Mehdi,

Effectivement le segment peut être affiné. Je l’avais conçu au printemps, de façon exploratoire, mais maintenant avec l’expérience de données collectées uniquement lors de la génération du preview il est possible d’être plus précis tout en étant moins restrictif. Device category = desktop convient très bien puisque Top Sites n’est présent ni sur iPad ni sur iPhone, mais est présent sous Windows. Je mets à jour les définitions en retenant seulement : navigateur=Safari, rebonds=1, Java=no, Flash version=(not set), catégorie d’appareil=desktop

A bientôt

Vincent 06 septembre 2013 - 9:36 - Répondre

Si la fonction Top Site n’existe pas sur l’iphone, pourquoi ne pas rajouter la condition « système d’exploitation = macintosh » dans le segment avancé ? Les chiffres sont complètement différents.

Olivier Vit 06 septembre 2013 - 15:04 - Répondre

Vincent, pas tout à fait puisque ça existe sous Windows, mais c’est effectivement perfectible. Voir ma réponse à Mehdi.

Julien Coquet 06 septembre 2013 - 17:53 - Répondre

En fait on parle de ce souci mais il va disparaître donc n’entrez pas non plus à fond dans ce débat ;-)