Le référencement côté pile et côté face – Google vs Black Hats

Par  le 28 mars 2013 - 11:45 dans

Pour clore cette session 2013 du SEO Camp’us, les organisateurs ont malicieusement programmé 2 conférences en fin de journée : une présentation au nom prometteur animée par Google à savoir « Google et le SEO« , et une table-ronde réalisée par quelques SEO bien connus dénommée « Positivez face au negative SEO : fantasmes et réalités autour du négative SEO« . Bref, de la théorie du SEO émise par Google à la pratique par des consultants chevronnés, vous allez voir qu’il y a un sacré écart …

Conférence Google et le SEO avec Johann Godey

La présentation a démarré devant un auditoire clairsemé : la  majorité des SEO avait choisi d’aller voir du côté du Negative SEO.
Johann Godey (Search Quality Manager, Google Dublin), dans un français impeccable, a découpé sa conférence en deux parties : La bonne pratique du SEO selon Google, puis un jeu de questions réponses avec les SEO.

1/ Search Quality Team et algorithme

Le manager de Dublin a rappelé que l’objectif final de son équipe reste l’expérience utilisateur. Pour y parvenir toute une série de tests est réalisée par 40 000 collaborateurs de manière très régulière. Il faut dire que le stock connu du web est énorme : il y aurait  30 billions de pages connues par Google, alors que nous étions à près de 9 milliard en 2005. Johan indique que les spiders de Google sont capables de crawler 20 milliard de sites …. par jour.

Pour parvenir à conserver une expérience user sympathique, Google a procédé à quasi 700 mises à jour de l’algorithme en 2012, de quoi rendre encore plus paranoïaque certains SEO qui vérifient leurs positions tous les jours (Panda, c’est bientôt en mode all the time). Johann indique que le push de ces éléments est réalisé de manière très rigoureuse : évaluation, tests, pondération (basée quelques fois sur des estimations de trafic), mise en production.

Obi-Wan Kenobi

Le SEO théorisé avec quelles pratiques ?

2/ Rendre le web harder, better, faster et stronger

Le souci qui anime les partenaires de Johan est de lutter contre le spam. C’est ce qui anime toutes les têtes pensantes de Google comme le distingué Matt Cutts. Pour cela, le dirigeant de la Search Quality team nous a prodigué quelques conseils.

Marquer les données

C’est simple à réaliser pour vos events (voir ici), et cela permet d’augmenter le CTR sur les SERPs. Oui magnifique, mais disponible uniquement en anglais, et ne pas à confondre avec les rich snippets.

A faire en cas de pénalité manuelle

Google essaye de communiquer très souvent avec les webmestres fautifs ou à l’insu de leur plein grès. Certes quelques fois les messages peuvent être complexes à lire, mais cela devrait s’améliorer avec le temps.
Si jamais vous avez reçu un message pour liens factices (oui il s’agit une pénalité manuelle), Johan nous a glissé ses bons conseils :

  • Télécharger les derniers liens depuis l’environnement GWT,
  • Demander gentiment aux webmestres de supprimer les liens,
  • Seulement en dernier recours, utilisez la fonctionnalité pour refuser la maternité ou la paternité de ces liens.

Dans la majorité des cas ou votre contact (non pas vous forcément)  aurait reçu un message de Google pour sanction manuelle, il faut toujours réaliser une demande de réexamen. Si celle-ci n’aboutit pas, vous pouvez toujours aller vous faire humilier sur les forums de Google.

Le conseil inédit

Pour sortir du lot, notre ami Johan recommande les actions suivantes :

  • Se soucier de vos internautes en apportant de nouvelles fonctionnalités.
  • Aller travailler par exemple sur les profils Google +

Bref, des guidelines made in Google en bonne et due forme

3/ Le jeu des questions réponses

Plusieurs questions ont été posées comme celle relative à la définition d’un site marchand de bonne qualité. C’est un e-marchant tourné vers ses clients…

Johann a aussi rappelé les foudres du hacking dans le SEO, avec deux bons conseils :

  1. Toujours mettre à jour votre WordPress,
  2. Consulter les nouvelles ressources Google sur les sites hackés.

Assurément Google n’est pas « evil » selon deux réponses apportées par le responsable de la Search Quality Team :

  • Le not provided SEO, oui c’est pour la sécurité, et vraiment Johan ne sait pas comment font ses collègues Adwords pour récupérer les mots clés tapés.
  • Les onebox d’envergure sur la météo par exemple, c’est vraiment pour apporter plus de lisibilité aux internautes (vous vous rappelez de l’amélioration de l’expérience utilisateur).

A quand un GoogleGuy européen, Johann a éludé la question en rappelant que Matt était un gars super, tout comme Amit.  Bref les vidéos suffisent pour l’auditoire européen… Pour aider les webmasters peu coutumiers du SEO, les collègues de Johann ont créé une petite ressource disponible à cette URL.

Sur les prochains algorithmes, oui Panda passe en mode Everflux, et il est probable que Penguin aussi. Merci beaucoup Johann pour cette information. Bon à quand une intervention de Matt Cutts au SEO Camp’us …

« Positivez face au negative SEO » : fantasmes et réalités autour du négative SEO

Dark Vador Negative SEOAlors que Johann répondait aux questions du petit groupe présent à sa conférence, Aurélien Delefosse, Paul Sanches et Laurent Bourrelly ont fait salle comble pour une conférence sur le Negative SEO en abordant les fantasmes et réalités autour de cette pratique consistant à impacter négativement le positionnement des concurrents pour mieux prendre leur place dans les pages de résultats Google.

Ils ont passé en revue la majeure partie des techniques de Negative SEO. Bien que certaines d’entre elles soient efficaces, il est important de rappeler que le Negative SEO s’apparente à de la concurrence déloyale, et de ce fait il est déconseillé de mettre en œuvre ce genre de pratiques.

1/ Les principaux leviers du Negative SEO

Actions sur le netlinking

L’ajout massif de backlinks (blast pour les initiés) dont une partie sera rapidement supprimée car spammy peut être un axe de négative SEO, cet effet yoyo sera considéré comme un signal négatif pour Google. De la même manière, un mauvais voisinage en terme de netlinking peut se révéler néfaste et provoquer des perte de position (cf. Penguin).
Les actions sur l’e-reputation ont également été abordées. La manipulation des suggestions Google et la domination de SERP avec des résultats de type « arnaque » et autres avis négatifs fait également partie des attaques de NSEO qui sont possibles.

La duplication de contenu

L’attaque consiste à faire passer le site de la victime dans le filtre anti Duplicate Content de Google. Pour cela, plusieurs méthodes comme scraper du contenu pour le mettre en ligne sur d’autres plateformes, dupliquer un site en intégralité via un Web Proxy ou un reverse proxy, voler du contenu puis contacter l’hébergeur du site original pour lui demander de fermer le site en question (evil!).

Actions sur l’hébergement

Le hacking… des intrusion sur le serveur afin d’en modifier le contenu ou la configuration ou encore une attaque DDOS visant à surcharger le serveur en l’inondant de requêtes afin d’en empêcher son fonctionnement peuvent rendre le serveur inaccessible par Google Bot. Il ne tardera pas à déclasser le site si l’attaque est longue et répétée.

Aurélien Delefosse

2/ Se protéger du NSEO

Cette liste non-exhaustive n’était pas censée nous donner les clés du NSEO pour faire de nous des voyous du SEO, mais plutôt pour que vous ayons un aperçu des différentes techniques utilisées par des référenceurs mal intentionnés afin de mieux nous en protéger. Voici les principaux conseils données par les conférenciers.

Analyse du netlinking

Surveiller régulièrement ses nouveaux liens entrants dans Google Webmasters Tools, suivre l’évolution des courbes d’acquisition de liens pour détecter toute anomalie. Cela peut être fait avec des outils d’analyses de liens comme Ahrefs ou MajesticSEO.

Contenu Dupliqué

Vérifier que le site n’est pas victime de duplicate content en prenant un extrait de phrases du site et en le mettant entre guillemets sur Google pour vérifier qu’aucun autre site utilise le même texte.

Hébergement

Checker ses logs serveur  pour trouver d’éventuelles intrusions ou tentatives d’intrusions voir d’attaques avec une hausse soudaine de requêtes en provenant des mêmes IP.

3/ Don’t be evil !

Bref, pas mal d’éléments à surveiller mais sur lequel vous avez déjà probablement l’œil en bon référenceur que vous êtes. A noter toutefois qu’un domaine ayant de l’ancienneté et de l’autorité sera moins sensible à ce type d’attaques qu’un site tout jeune sans aucune historique (effet Sandbox?). Les pages profondes peuvent également être victimes de NSEO (plus jeunes, moins de poids), la BBC en ayant fait les frais récemment (BBC Penalised on a Granular Level)

Le NSEO étant parfois utilisé dans les concours de référencement afin de mieux comprendre le fonctionnement de Google, Paul nous a rappelé qu’il était préférable d’optimiser le référencement de son site plutôt que d’essayer de viser à détruire le référencement des autres.

Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email

Partagez cet article!
Ajouter le votre
4 commentaires
Elodie 28 mars 2013 - 12:04 - Répondre

J’ai du choisir entre ces deux conférences lors du SEO campus 2013. J’ai assisté à celle sur le négative SEO, et donc merci pour le résumé de la conférence Google.
Personnellement, j’ai trouvé la conférence sur le négative SEO très intéressante par cet aspect « Voici ce que vous pouvez voir arriver à votre site, et voici les causes possibles ».

Baptiste 28 mars 2013 - 15:13 - Répondre

Le negative SEO fait flipper tout le monde, mais c’est sans aucun doute extrêmement rare. Mais c’est probablement très simple à mettre en place, le témoignage en page 2 du case study sur trafficplanet reste une référence à mes yeux, sans révéler tout ton process, le mec est très ingénieux pour abattre un site très costaud. Le tool de disavow n’a pas été codé pour rien par Google !

Par ailleurs, même si ce tool existe, les conséquences pour un site qui rapporte gros sont désastreuses, AHrefs et Majestic c’est bien beau, mais des millions de backlinks sur de vieilles pages planquées, ils n’en sortent pas tant que ça. Il faut attendre le reporting WMT pour compléter correctement puis passer à la pénible phase d’analyse puis d’action. Une perte énorme en revenues qui doit être monnaie courante dans les secteurs ultra compétitifs !

Aurélien Delefosse 28 mars 2013 - 18:21 - Répondre

Au final, j’ai bien fait de ne pas aller voir Google, si c’est pour entendre le refrain habituel. Mais Baptiste a raison, le NSEO est rare, bien moins que le self NSEO, mais heureusement pour nous. 😉

vtcreative 28 mars 2013 - 18:40 - Répondre

Comme dit dans des articles précédents, le meilleur moyen (éthique et vision à long terme) de doubler un concurrent ça reste de bosser sur son propre site au lieu d’utiliser du temps pour en dégrader un autre. Majestic a récemment permis aux propriétaires de créer des rapports gratuitement pour leurs sites, je m’en sers pour surveiller mon netlinking en détail vu que la liste fournit par GWT est mise à jours beaucoup moins souvent. Très pratique.